Assertivité : la comprendre (vraiment) et comment la développer

Par le 28 mai 2021

Tout le monde sait être assertif, mais ce qui compte c’est de savoir l’être en situation de stress. Et là, évidemment, c’est plus compliqué. Découvrez ce que veut vraiment dire être assertif et comment travailler sur son assertivité. C’est un état d’esprit qui peut changer votre vie au travail.

Définition de l'assertivité

Quelle est la définition de l’assertivité ?

Le mot assertivité vient de l’anglais assertiveness. Cela signifie la capacité à s’exprimer, à défendre ses droits, son opinion, sans empiéter sur ceux des autres. « L’assertivité, c’est d’abord un état d’être, un état d’esprit, une philosophie. Ce sont aussi des attitudes d’expression et d’affirmation de soi sur un mode serein, c’est-à-dire sur un mode de communication non violente, un langage corporel, verbal et paraverbal facilitant l’échange dans un esprit de coopération. Nous sommes naturellement assertifs au quotidien : nous savons nous affirmer, exprimer notre ressenti, nos idées, nos besoins, nos désirs. Nous sommes assertifs dans 70% des cas. Dans les 30% des cas restants, nous avons un comportement passif, agressif ou manipulateur », explique Martine Favreau, formatrice chez Cegos.

 

Qu’est-ce qu’une personne assertive ?

Prendre conscience de ses comportements inefficaces

En situation de stress, de désaccord, de conflit, nous adoptons naturellement des « comportements refuges ».

Il existe trois grands profils :

  • La passivité
  • L’agressivité
  • Les comportements de manipulation

Ils sont liés à nos peurs et à nos croyances inconscientes. « Ces profils sont inefficaces pour soi et pour la relation. Ils vont au contraire engendrer du conflit », poursuit Martine Favreau.

« Il est important de prendre conscience de nos comportements refuges lorsque l’autre est fermé, rigide, en désaccord, afin de sortir du cercle vicieux qu’ils engendrent, car ils vont générer du stress pour soi et pour l’autre, et rajouter du conflit au conflit. »

Rester dans la bienveillance

Une personne assertive garde de l’ouverture, de la confiance, de la bienveillance, clés d’une relation de coopération, de négociation gagnant-gagnant particulièrement dans ces situations de désaccord.

Pour Martine Favreau, « la personne assertive est l’alchimiste du conflit. Elle ne considère pas qu’elle a un problème à résoudre, mais un objectif à atteindre. Elle est capable d’accueillir des critiques tout en étant bienveillante avec elle-même comme avec l’autre. Elle continue à écouter activement ses propres besoins et ceux de l’autre.

Optimiste, réaliste, elle reste disponible, sereine dans son corps comme dans son esprit. Elle sait dire ses émotions, elle est authentique. Elle sait se faire entendre, formuler des critiques ou des demandes. La personne assertive sait dire non, tout en restant dans un état d’esprit de coopération et de négociation avec l’autre.


Retrouvez notre formation S’affirmer dans ses relations professionnelles – Assertivité les bases


Comment peut-on reconnaître une personne assertive ?

On reconnaît une personne assertive par différentes compétences et attitudes qu’elle développe :

– Elle sait respecter et se faire respecter.

– Elle développe une bonne assurance personnelle et relationnelle en situation de désaccord ou de conflits, aussi bien au niveau physique qu’au niveau verbal.

– Elle sait communiquer efficacement en situation de conflit et peut faire face à des comportements passifs, agressifs ou manipulateurs de façon sereine.

– En situation de conflit, elle essaye de comprendre, d’être dans une attitude d’écoute empathique et de revenir sur les faits dans une attitude de co-construction. C’est une personne qui soigne la relation.

– « Elle ne va pas chercher à avoir raison comme l’agressif qui veut imposer son jugement, argumente Martine Favreau. Les ressentis et points de vue différents sont posés sur la table dans une attitude constructive. Elle cherche à trouver une solution pour que les objectifs soient -a minima ou a maxima- satisfaits de façon gagnant-gagnant. Elle parle de manière positive et va proposer des choix qui vont être négociables en cas de divergence. Elle n’impose pas son choix, elle laisse l’autre choisir ».

– L’assertif est transparent, à l’aise, emploi le « je » et a une gestuelle ouverte à l’autre. Il va favoriser la confiance, la créativité et l’innovation.

Les 10 supers pouvoirs de l’assertif

1. Pouvoir recevoir des critiques, et les saisir comme une opportunité pour s’améliorer.

2. Savoir exprimer son opinion, ses émotions de façon sereine.

3. Pourvoir affirmer ses droits et ses opinions en toutes circonstances.

4. Provoquer l’ouverture et la confiance mutuelle lorsque la communication se ferme.

5. Savoir dire non tout en restant serein et sans culpabilité.

6. Adopter une attitude factuelle lors de conflits.

7. Développer la capacité de négociation.

8. Savoir transformer un problème en objectif.

9. Ne pas avoir peur du changement et du désaccord. Provoquer du changement positif, avoir un pouvoir d’action dans des situations difficiles.

10. Considérer tout conflit comme une opportunité pour s’améliorer et co-créer.


Travailler votre assertivité avec notre formation Maîtrise et affirmation de soi – Assertivité niveau 1


Comment développer son assertivité

Prendre conscience de ses schémas réflexes innés (passif, agressif ou manipulateur) lors des moments de tension et de conflit, et les désamorcer

Le passif doit s’entraîner à exprimer ses émotions, son ressenti et ses besoins pour s’ouvrir aux autres. Il doit apprendre à dire « je », à regarder plus dans les yeux, et à dire non pour se faire respecter.

L’agressif doit savoir s’arrêter lorsqu’il dit des choses désagréables. Pour mieux reconnaître ses émotions, les techniques de respiration, d’ancrage et de conscience de soi sont autant d’outils de prise de recul. L’agressif n’étant ni à l’écoute de l’autre, ni à sa propre écoute, il gagnera à travailler les techniques visant à développer l’écoute. Il doit aussi cesser de chercher à convaincre, et développer la compréhension de l’autre grâce à des jeux de rôle.

Quant au manipulateur ayant tendance à mettre du flou dans la relation, à créer des sous-entendus et faire des fausses promesses, il doit apprendre grâce à différentes techniques à se positionner, à exprimer ses opinions.

Faire face aux critiques

Il faut différencier les critiques injustifiées qui portent sur un jugement de valeurs, des critiques justifiées. En présence d’un jugement de valeurs, l’assertif ferme la conversation de façon ferme (technique de l’édredon), utilise la technique du recentrage, du disque rayé, ou l’attitude du sphinx.

Quoiqu’il arrive, confronté à une critique, il la fait préciser. La première chose à faire est de se mettre en condition pour bien la recevoir en restant stable physiquement. On utilise la respiration ou la technique de l’ancrage pour rester calme. Ensuite, il faut remercier l’autre afin d’évacuer les tensions, les peurs de chacun. Enfin, il faut analyser, décortiquer la critique en prenant son temps, et en restant factuel pour ne pas entrer dans un conflit émotionnel.

« On peut demander à l’autre de nous donner des exemples pour mieux comprendre sa critique. Cela permet de détecter un problème potentiel, de retrouver les faits qui sont à l’origine de la critique, d’identifier et d’exprimer les besoins de chacun, » détaille Martine Favreau. Enfin, il faut tout utiliser pour s’ouvrir vers des solutions, en les sollicitant ou en les proposant. Cela permet de renforcer la spirale du succès dans la relation et de continuer à recevoir d’autres critiques.

Savoir dire non

La conduite assertive est de réhabiliter le droit de poser ses limites, donc de pouvoir dire oui ou non. « On dit oui à la personne, mais non à la demande, en utilisant la méthode ACCEPT, explique Martine Favreau. »

A comme Accueillir la demande de l’autre en étant à son écoute et en reformulant sa demande.

C comme Comprendre le besoin derrière la demande.

C comme Clarifier ses contraintes.

E comme Exprimer ses regrets et dire non.

P comme Proposer une solution.

T comme Terminer sur une note positive, règle d’or d’une bonne relation.


Découvrez notre formation S’affirmer et sortir des conflits au quotidien – Assertivité niveau 2


Les 7 bénéfices de l’assertivité au travail

1. Il suscite le sens des responsabilités, la prise d’initiative et l’engagement.

2. Il utilise les émotions pour agir, de manière constructive.

3. Il induit une meilleure communication par l’acquisition d’une meilleure conscience de soi et de l’autre. L’assertif est plus humain et plus ouvert avec les autres. Il ajoute la dimension du savoir-être à celle du savoir-faire.

4. Il fait diminuer le niveau de stress, il a donc un effet positif sur la santé.

5. Il rend plus efficace, plus performant, plus créatif.

6. Il instaure un modèle de parole qui transforme les désaccords et les conflits en débats constructifs.

7. Il permet de mieux vivre les changements.

Lire aussi : La meilleure explication pour enfin comprendre le lâcher-prise

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Panou Etienne Il y a 2 mois

Salut . Je m’appelle Etienne, je rédige des articles sur le développement personnel
Et je serai ravi vraiment de les rédiger pour vous.
J’ai d’exemplaire à vous présenter
Donc n’hésitez pas à me faire un retour si vous êtes éventuellement intéressé.

Répondre
Avatar

Docteur Mahmoud Il y a 2 mois

Blog exceptionnel !
Je vous félicite
https://www.docteur-hichem-mahmoud.com

Répondre
Avatar

Coach Alex Il y a 1 jour

Top Article !
Merci beaucoup.

Alex de https://trouvetoncoach.com/

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.