Se former aux soft skills : pourquoi ?

Par le 23 septembre 2019

Par opposition aux hard skills, qui sont les compétences techniques et méthodologiques nécessaires à l’exercice d’un métier, les soft skills se définissent comme un ensemble de compétences comportementales. Elles sont transverses à tous les métiers. Dans un contexte de complexité accrue, où nous devons de plus en plus faire face à l’incertitude et aux changements permanents, elles sont de plus en plus importantes.

softskills

Les soft skills garantissent notre employabilité

Dans le contexte actuel, elles sont passées au premier plan des compétences recherchées par les recruteurs. Devant les compétences techniques et l’expertise métier. Et ce, pour plusieurs raisons.

L’adaptabilité et la réactivité

Les personnes dont le capital de compétences comportementales est le plus élevé s’adaptent mieux et plus vite aux transformations. Elles sont plus résilientes au changement, plus performantes en période de profond bouleversement. Elles intègrent plus facilement les progrès technologiques dans leur quotidien et travaillent plus efficacement avec une multiplicité d’interlocuteurs.

D’ailleurs, selon une étude menée par l’Economic Research Institute of Northern Ireland, les soft skills font partie des cinq facteurs qui ont le plus d’impact sur la réussite des organisations, avec l’esprit d’entreprise, la compétitivité, l’investissement et l’innovation. Cette réussite liée aux softskills repose sur deux clés de succès :

  • l’empowerment des collaborateurs : ce mode d’organisation qui a fait le succès des start-up et des entreprises agiles implique un fort degré d’autonomie des collaborateurs. Prise d’initiative, capacité à résoudre des problèmes de façon créative pour apporter le plus grand service possible aux clients sont valorisées.
  • l’hétérogénéité des collaborateurs : au lieu d’imposer des normes et une culture unique, les organisations qui tirent tout le potentiel de la diversité misent sur la complémentarité des compétences. La capacité de chacun à travailler avec des profils variés, d’accueillir les idées des autres pour inventer ensemble des solutions innovantes garantit l’adaptabilité et la performance.

Collaborer à distance, s’adapter, être efficace, créatif ou encore savoir communiquer à travers le numérique : autant de compétences comportementales indispensables. Découvrez l’éventail de formations soft skills que nous mettons à votre disposition.


La mobilité professionnelle

Les recruteurs anticipent également l’évolution des métiers. Intelligence artificielle, Big Data… Des métiers disparaissent, d’autres se créent. La profonde mutation des besoins en ressources humaines ne fait que commencer. L’allongement de la durée du travail impacte aussi nos trajectoires professionnelles. Chacun d’entre nous exercera donc au cours de sa vie plusieurs métiers, et chaque métier fera l’objet de plusieurs transformations. Les employeurs ont donc tout intérêt à recruter et fidéliser les meilleurs talents. Autrement dit, ceux qui seront à la fois porteurs des valeurs de l’entreprise et hyper-adaptables à la mobilité professionnelle.

Enfin, les soft skills sont des compétences indispensables à qui souhaite se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise ou d’association – en s’entourant de personnes aux compétences complémentaires aux siennes.

Les soft skills contribuent fortement à notre épanouissement

Le temps que nous passons au travail représente une part considérable de notre vie. Notre bonheur dépend donc en grande partie de notre épanouissement professionnel. Mais aussi de notre équilibre vie pro – vie perso.

La réalisation de soi

Plus notre capital de compétences soft skills est élevé, plus nous sommes aptes à saisir les opportunités professionnelles. Nous nous sentons en sécurité parce que nous avons de la valeur aux yeux des recruteurs. Nous pouvons choisir parmi les options proposées celle qui convient le mieux à nos aspirations. Et même si aujourd’hui notre métier nous passionne, nous ne savons pas ce qui nous fera vibrer demain. Alors autant avoir tous les atouts en main pour pouvoir changer de chemin si tel est notre bon plaisir. Ou obtenir la mission qui nous permettra de nous réaliser pleinement.

Une deuxième source d’épanouissement est notre propre performance. Notre sentiment d’efficacité personnelle, pour reprendre la terminologie d’Albert Bandura. Qui fonctionne comme un cercle vertueux. Plus nous sommes efficaces et performants, plus nous générons d’émotions positives. Nous sommes plus ouverts à l’influence des autres, nous intégrons leurs bonnes pratiques, nous accueillons avec sérénité leurs feedback. Grâce à cela, nous progressons encore. Tout ceci nous procure de la fierté, de la joie, et nous donne de l’énergie !

L’équilibre personnel

Par ailleurs, notre capital de compétences comportementales nous rend plus adaptable. Une qualité pour les recruteurs, et surtout un facteur de sérénité pour nous. En effet, lorsque les changements nous bouleversent ou nous déstabilisent, notre corps encaisse du stress. Un cercle vicieux, celui-là, qui peut vite tourner au cauchemar. Au contraire, nos ressources softskills augmentent nos capacités à rebondir face l’adversité. Nous trouvons plus facilement des ressources pour transformer les problèmes en solutions créatives et performantes. Avec un impact certain sur notre santé et notre bien-être au travail. Et par ricochet notre bien-être personnel.

Enfin, et c’est un effet secondaire non négligeable, les softskills sont transposables dans notre vie privée. Prenons deux exemples concrets, que nous rencontrons très fréquemment en formation.

  • Lorsque nous développons une meilleure connaissance de nous-mêmes et des autres grâce à un modèle comme Process Com©, nous comprenons mieux notre entourage personnel. Nous sommes capables de décoder les situations de tension au sein de notre famille, ou avec nos amis. Et de trouver des manières de communiquer plus harmonieuses avec les personnes qui nous sont chères – et qui ont un caractère différent du nôtre.
  • Lorsque nous apprenons à mieux gérer nos priorités professionnelles, nous dégageons du temps au profit de nos sphères de vie privées.

Nous avons donc plein de bonnes raisons de développer notre capital de compétences soft skills. Dans les prochains billets, nous verrons lesquelles sont particulièrement utiles dans le contexte actuel, et comment les acquérir.

Pour adapter votre communication selon le profil de votre interlocuteur, je vous propose la formation Cegos La Process Com®

/5 - Voir tous les avis

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.