S’arrêter et respirer

Par le 17 décembre 2018

Depuis quelques années, l’expression  » lâcher prise  » fleurit dans bon nombre de magazines et de livres de développement personnel. Concrètement de quoi s’agit-il ? Une mode ? Un réel besoin ? Lâcher-prise dans l’entreprise, cela signifie quoi ?

« Lâcher-prise », c’est prendre du recul, décaler son regard sur les événements. « Lâcher-prise » n’est ni « laisser-tomber », ni « laisser-faire ». C’est, au contraire, accepter « ce qui est », et trouver des solutions pour « faire avec », autrement ! Du coup, le stress diminue, la confiance se développe, la motivation augmente, l’efficacité s’améliore et le sourire revient. « Lâcher-prise », c’est optimiser son énergie et l’utiliser au mieux.

S’il faut lâcher, cela sous-entend qu’on tient fermement à quelque chose comme à une situation, à une émotion, à une relation. On s’imagine accroché à son objet avec la peur de le perdre.

Oui le propre de l’homme est bel et bien sa passion pour le contrôle : cette capacité à dominer la matière, la vie et les gens – cela lui permet de se sentir efficace et fier de lui. Il gère son temps, maîtrise ses affects, son apparence, ses mots et dirige ses comportements.

Lorsqu’il s’y emploie trop, il en devient rigide, tatillon, buté et dur. Il veut tellement arriver à ses fins qu’il dirige toute son énergie et ses efforts, jusqu’à s’y épuiser.

Par quoi commencer ?

Le premier geste consiste à s’arrêter de penser de manière obsessionnelle, arrêter de lutter, de s’agiter, arrêter de faire. Stop.

Commencer par s’immobiliser, s’asseoir, arrêter son corps pour ralentir le flot incessant des pensées. Arrêter de se focaliser sur l’environnement. Les yeux, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goûter sont si sollicités et si souvent sur stimulés par trop d’écrans, trop de bruit, trop de contacts, trop de vitesse.

Arrêter d’utiliser ses cinq sens tournés vers l’extérieur et ramener son attention vers l’intérieur. Fermer les yeux permet de stopper cette frénésie sensorielle instantanément. Alors, le corps commence à se détendre et quitte son mode contrôle pour aller vers le relâchement.

Garder les yeux clos et répéter simplement, à l’intérieur,  » stop, stop, stop « . Puis on va s’appuyer sur le mouvement essentiel, la respiration. Elle aura deux bénéfices : calmer et oxygéner le cerveau qui pourra alors recommencer à penser de manière posée car à ce moment-là, le cerveau quitte le mode survie, le mode danger et la lutte.

Après cette lecture faites l’expérience : fermez les yeux quelques instants, répétez stop, stop, stop, concentrez-vous sur votre respiration et laissez venir le relâchement et ressentez la détente s’installer.

Ce sont les premiers gestes à avoir.

 

Article co-écrit par Alain Duluc et Sylvie Ferrieu, Consultante en développement personnel.

Pour faire face aux situations professionnelles avec créativité et sérénité je vous propose la formation Cegos Lâcher prise ! Mettre son énergie au bon endroit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Drissa Il y a 1 minute

Vraiment, j’ai bénéficié beaucoup de progrès dans sur ma personnalité, mon rapport avec les autres. Non, c’est de la magie.!!!

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.