Réparer la relation après un conflit avec la méthode ABC

    Par le 2 juillet 2018

    Steeve Karpman (auteur du célèbre triangle dramatique) a produit plusieurs concepts sur le thème de la réparation de la relation une fois que celle-ci a été brisée ou juste endommagée. La méthode ABC est l’une d’entre elles. Elle consiste à faire une proposition à l’autre en trois étapes.

    A comme Admettre

    C’est reconnaître les faits, ce qui est là, ce qu’il s’est produit. Aucun processus de réparation ne peut se passer d’une phase de prise de recul, de lucidité et de discernement. C’est en éclairant de plus haut la situation que notre champ de vision s’agrandit et nous permet de voir davantage d’éléments composant la situation comme elle est.

    La clarté est un élément indispensable à toute coopération. Admettre c’est verbaliser ce qui est sans jugement, sans morale.

    Par exemple : « Depuis notre dernier échange, j’ai pris du recul. Je reconnais que j’ai haussé le ton et que ce qui importait le plus pour moi était de faire entendre mon point de vue. Je ne t’ai pas écouté, j’étais en colère et je ne cherchais qu’à te faire entendre mon point de vue ».

    C comme Croire

    Croire c’est parler la langue de l’authenticité. C’est dire avec le cœur. C’est prouver à l’autre par la ferveur de son engagement que nous sommes conscients des impacts qu’ont eu nos déclarations et nos agissements.

    Croire, c’est s’ouvrir et livrer à l’autre ce que nous ressentons au plus profond de nous-même sans omettre, cacher ou masquer. C’est se livrer à nu comme nous sommes.

    Par exemple : « Je sais que mon attitude t’a choqué et que tu ne t’attendais pas à autant de véhémence de ma part. Je comprends maintenant, après avoir pris le temps de réfléchir, l’impact que cela a dû avoir sur toi et je regrette profondément d’avoir agi comme ça. Je sais que la violence ne règle pas les problèmes et je m’en veux de ne pas avoir su me contrôler ».

    C comme Changer

    Changer, c’est :

    • Proposer un changement à l’autre.
    • S’engager sur une démarche d’ouverture et soumettre un processus de prévention bienveillant pour l’avenir pour les deux protagonistes.
    • Mettre en place un système d’alerte qui permet à chacun d’éviter de rentrer en zone de stress en se donnant l’autorisation de confier à l’autre ses émotions et son inconfort avant que la situation ne dégénère.
    • Réveiller notre capacité à nous donner des permissions au service de la protection de la relation.

    Par exemple : « Je te propose de reprendre notre discussion sur de nouvelles bases et te demande de me prévenir si tu perçois de la tension entre nous, de ne pas hésiter à me le dire pour que nous trouvions ensemble une meilleure voie, une manière plus constructive de se parler. Je ne souhaite pas revivre ce qu’il s’est passé et j’en appelle à ta bienveillance ».

    Et vous ? Quelles relations allez-vous tenter de réparer ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Etienne MAGNIN

    Etienne MAGNIN Il y a 2 semaines

    Ça me fait penser que les chimpanzés sont très forts pour se réconcilier après des bagarres mémorables. Voir comment ils font. (Lire par exemple Franz de Waal)

    Répondre

    Abonnez-vous au blog

    Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.