Et si nos Bonjours avaient la puissance d’un sésame ?

Par le 26 septembre 2016

Spontanément, nous n’entrons pas tous en relation de la même manière. Certains vont droit au but « Hé, Max, il faut que je te parle du dossier Bidule, tu as deux minutes ? », tandis que d’autres ont besoin d’une entrée en matière plus chaleureuse pour se sentir bien. En décodant nos préférences, le modèle Process Com® nous invite à la flexibilité relationnelle. L’impact sur l’efficacité et le plaisir à travailler ensemble est beaucoup plus important qu’il n’y parait.

Sésame magique

1. Les 6 Types de personnalité Process Com® et leurs préférences pour entrer en relation

Taibi Kahler a identifié 6 Types de personnalité, avec chacun leurs points forts et leurs préférences. Bien sûr, nous avons tous en nous une part plus ou moins importante de ces Types de personnalité et nous pouvons nous reconnaître dans chacun d’eux. Cependant, nos réflexes les plus ancrés relèvent de ce que Taibi Kahler appelle notre Base, à savoir le Type de personnalité que nous avons développé en premier lors de notre petite enfance.

Process Com - flexibilité relationnelleLorsqu’il s’agit d’entrer en relation, ces 6 Types de personnalité se répartissent le long d’un axe. D’une extrémité à l’autre, ils sont plus ou moins engagés dans l’aspect humain de la relation, ou au contraire focalisés avant tout sur l’objectif à atteindre ou la tâche à accomplir :

  • L’Empathique est très engagé dans la relation, il a besoin qu’elle soit ouverte, bienveillante et sincère. Il se préoccupera toujours du bien-être de l’autre avant d’aborder le sujet de fond.
  • Le Rebelle a fortement besoin de contact, qu’il préférera ludique. Il aime les relations légères et détendues, ce qui ne l’empêche pas d’avoir des idées très pertinentes.
  • Le Promoteur saisit toutes les occasions d’entrer en relation, sans perdre de vue son objectif. Il entretient naturellement son réseau et sait aller droit au but lorsqu’il a besoin des compétences ou des talents de quelqu’un pour développer un projet ou un business.
  • Le Persévérant est volontiers centré sur l’objectif, mais il a besoin d’échanger ses opinions. Il préfère les sujets de fond à la relation pour la relation. Il recherchera l’avis de personnes qu’il juge crédibles sur un sujet donné.
  • Le Travaillomane privilégie la tâche, et entre en relation au service de l’objectif. Il cherchera à optimiser son temps en limitant les échanges purement relationnels au profit d’échanges professionnels.
  • Le Rêveur préfère être seul pour travailler, il entre en relation par nécessité. Il pourra fuir la relation s’il craint qu’elle ne soit trop envahissante pour lui. Il a besoin de temps et de calme pour réfléchir et donner le meilleur de lui-même.

2. Accepter la différence

Bien sûr, une personne de Base Empathique peut se sentir blessée par une entrée en matière abrupte. Elle qui donne tant d’attention aux autres attend naturellement en retour que les autres prennent soin d’elle également. Elle risque donc de prendre pour une marque d’indifférence ou de mépris ce qui n’est que l’expression d’un Type de personnalité différent du sien. En acceptant le mode de fonctionnement des autres, elle se fait un cadeau précieux : celui de ne plus souffrir des comportements de ceux qui sont avant tout focalisés sur l’objectif.

De la même façon, une personne de Base Travaillomane peut s’agacer des bavardages qu’il considère inutiles de l’Empathique « Comment vas-tu ? Tu as pu te reposer ce week-end ? » ou des propos humoristiques du Rebelle qu’il trouve déplacés en situation professionnelle. Cependant, en comprenant le fonctionnement des autres, il se donne la capacité de vivre ces moments de façon beaucoup plus agréable : comme un investissement relationnel au service d’une collaboration réussie et de l’efficacité de leur interlocuteur.

Une autre manière d’accepter la différence est de communiquer ouvertement nos besoins plutôt de ressasser notre frustration : « Lorsque tu m’envoies un mail qui ne contient que ta demande, ça me donne l’impression d’être un simple pion sur ton échiquier et ça me met de mauvaise humeur. Est-ce que tu peux juste ajouter Bonjour, les prochaines fois ? Ça me fera plaisir et j’en serai d’autant plus efficace ! »

Mieux encore, nous pouvons reconnaître les besoins de l’autre avant d’énoncer les nôtres : « Je comprends ton besoin d’échanger nos points de vue pour avancer sur ce dossier. De mon côté, j’ai d’abord besoin de réfléchir seul(e) pour mettre mes idées au clair. »

3. Faire un pas vers l’autre

S’adapter au mode de fonctionnement de l’autre suppose de reconnaître ses préférences sur l’axe de la relation. Ce qui est très simple, si nous prenons la peine d’observer sa réaction au moment où quelqu’un entre en contact avec lui. Quelles sont les entrées en matière qui récoltent froncement de sourcils ou regard chagrin ? Quelles sont les propositions qui au contraire illuminent son visage, font briller ses yeux ou provoquent un soulagement immédiat ? Quel est le ton de sa voix lorsqu’il répond au téléphone ? Réservé ou accueillant ?

Pour trouver la bonne formule, accordons-nous le droit à l’erreur. Nous ne prenons pas un gros risque, surtout si nous rectifions ou ajustons nos propos : « excuse-moi, je ne t’ai même pas demandé comment s’était passé ton entretien ce matin… » ou « bon, passons à l’objet de mon appel… »

Et si les autres font un effort parfois encore maladroit pour s’adapter eux aussi à nos préférences, gardons-nous de les juger ou de penser qu’ils font preuve d’hypocrisie. Encourageons-les plutôt : « J’adore quand tu me parles comme ça ! Qu’est-ce que je peux faire pour toi ? »

Le jeu en vaut la chandelle. Ces efforts portent la promesse de relations plus harmonieuses et d’une motivation décuplée à travailler ensemble.

 

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Isabelle Il y a 4 années

Article très pertinent, merci. Cependant, j’enleverais le « ça me donne l’impression d’être un simple pion sur ton échiquier « , que je trouve assez agressif.

Répondre
    Pascale Bélorgey

    Pascale Bélorgey Il y a 4 années

    @Isabelle : merci pour ce feedback ! Il est vrai qu’une personne de Base Empathique ne dirait pas les choses de cette manière, tant il est soucieux de ne pas froisser l’autre. Même si parfois ce qu’il ressent peut s’en approcher. Peut-être dirait-elle « ça me donne l’impression ne pas compter ». Avez-vous une autre suggestion ?

    Avatar

    Claire Il y a 4 années

    Bonjour Isabelle
    je travaille moi-même dans un milieu professionnel où ce type de comportement est fréquent, à tel point qu’il en devient insupportable. Les gens sont totalement déshumanisés et de fait quand on existe ce qui déjà n’est pas gagné d’avance, on n’est rien d’autre qu’un simple pion. Il y a ici si peu de gens qui commencent leurs mails par Bonjour qu’on ressent quand cela arrive à la fois du soulagement, mais curieusement, une frustration supplémentaire, car l’environnement est tel qu’on ne voir pas comment les choses pourraient évoluer en bien…

Avatar

Jean-Pierre Mercier Il y a 4 années

On dit que dans la prise de contact il y a la règle des 4 P
– les 4 premiers pas
– les 4 premiers centimètres du visage
– les 4 premiers sons de la voix
– les 4 premiers mots, dont le bonjour
http://www.challenge-action.com/formations/gestion/formation-communication/

Répondre
Avatar

Juliana Il y a 4 années

Article très intéressant.

Répondre
Avatar

; BERNARD Béatrice Il y a 4 années

Article trés intéressant, à partager! humilité, empathie, compréhension et bienveillance envers l’autre. Aucun être humain n’étant parfait, composons avec les qualités et les défauts de chacun. Nous apprenons chaque jour à nous connaître tous un peu mieux les uns les autres. L’objectif est d’aller travailler l’esprit serein… Sourires agrémentés de paroles enjouées et positives chaque jour, suffisent immanquablement à générer une ambiance professionnelle chaleureuse. La bonne humeur est vraiment contagieuse!

Répondre
Avatar

Escouboué Thierry Il y a 4 années

Aime les gens tout simplement et les mots sortent. Rien de plus simple pour une bonne relation. Le bonjour et l’intérêt porté a l’autre sont les liants de la construction partenariale. Évidant que le respect doit être la vitrine de la relation. Votre analyse me plaît bien Monsieur, fin connaisseur

Répondre
Pascale Bélorgey

Pascale Bélorgey Il y a 4 années

@tous : Merci pour vos commentaires ! Ils montrent bien que la perception de chacun peut être différente, et même dans un environnement similaire.
@Béatrice et @Thierry : vos propos illustrent un autre aspect de la communication qui peut influencer un environnement a priori peu propice aux relations humaines tel que décrit par @Claire : si je ne peux pas changer les autres, je peux changer ma perception de la situation et mon comportement. En changeant moi-même, en montrant un visage ouvert quelle que soit l’attitude de l’autre, il est possible (mais jamais certain) que je finisse par influencer son comportement.

Répondre
Avatar

DELARBRE Il y a 4 années

Bonjour. Analyse me paraissant logique. J’ai appris. Bonne base de repere sur moi et l’autre. Autre point: pas de langue de bois. On sait où on va. J’aime et je pense bosser avec le sujet.

Répondre
Avatar

Christelle Il y a 3 années

Article introductif qui donne envie d’aller plus loin et encourage à l’expérimentation !

Répondre
Avatar

Jacqmin Il y a 3 années

Beaucoup de cas differant et pas toujours avec la volonté de rendre les choses plus faciles.

Répondre
Avatar

Valérie Il y a 2 années

J’adhère complétement à cet article. Il faut toutefois se discipliner à rester attentif et ne pas se laisser entrainer par le stress et les contraintes quotidiennes pour tenir compte de l’autre.

Répondre
Avatar

lagatie Il y a 2 années

cela rappelle de bonnes façons de procéder dans une relation mais comment détecter les personnages qui jouent un jeu ou un personnage?
Il faut du temps pour comprendre comment l’autre fonctionne et ça passe par des épreuves parfois rudes !

Répondre
Avatar

SAILLY/LABOUCARIE Il y a 2 années

Merci Pascale pour ta façon d’expliquer les besoins car j’apprends encore !! devine quelle est ma phase ???

Répondre
Avatar

Bernard Pretet Il y a 1 année

Article très intéressant,
Il ne me viendrait pas à l’idée de ne pas dire bonjour sur un Mail, c’est peut être l’éducation reçue.

Répondre
Avatar

Bernard Pretet Il y a 1 année

Article très intéressant,
Il ne me viendrait pas à l’idée de ne pas dire bonjour sur un Mail, c’est peut être l’éducation reçue.

Pourquoi se formaliser pour si peu, chacun a sa vision, chacun à sa personnalité, l’essentiel est bien ce que nous pouvons ou pourrons partager ensemble.

Répondre
Avatar

Sandra G-M Il y a 1 année

Mercu pour ces recommandations qui sonnent pour moi comme un recadrage tant elles sont pertinentes, basiques en somme.
Le quotidien ne permet pas toujours d’avoir cette attention permettant de « détecter » les caractéristiques du caractère de l’autre, mais nous gagnerions tous à adapter notre attitude à celle d’en face sans jugement.

Répondre
Avatar

Gwenaëlle Il y a 2 mois

Article intéressant qui m’éclaire sur des comportements rencontrés. Quelque soit la relation et la personnalité de l’autre personne, ce qui est important c’est qu’il y ait du respect. Et ‘bonjour’ est pour moi une des premières formes de respect et de reconnaissance de l’autre.

Répondre
Avatar

JONATHAN Il y a 2 mois

Article intéressant qui nous montre combien nos perceptions ne sont pas identiques et combien une communication harmonieuse passe par le non jugement et l’acceptation de l’autre avec toutes ses différences.

Répondre
Avatar

piriou Il y a 2 mois

Tout à fait d’accord avec cet article

Répondre
Avatar

thomas Il y a 1 mois

Accepter les différences oui mais ne pas travestir sa pensée

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.