Trouver son équilibre vie professionnelle / vie privée : la méthode des sphères de vie

Par le 1 septembre 2015

Notre équilibre « vie professionnelle / vie privée » ne se résume pas à un grand balancier entre des périodes de vacances – au cours desquelles nous nous sentons tellement bien que le temps passe trop vite ! – et des périodes de travail acharné – qui nous donnent parfois l’impression de passer à côté de notre vie. C’est une harmonie à trouver sur un rythme quotidien ou hebdomadaire, tout au long de l’année. Le but : vivre une vie plus accomplie et plus heureuse.

La méthode des sphères de vie est une métaphore graphique qui permet de faire un bilan de la situation telle que nous la vivons actuellement, de nous projeter dans une situation désirée et d’en tirer les premières pistes d’action. L’intérêt de passer par le dessin est de nous affranchir de tout raisonnement rationnel – celui qui nous « bloque » avec des tas de bons arguments ! – pour mieux écouter nos émotions et ce que nous sentons être « juste » pour nous.

 

 

1. Le dessin de la situation actuelle

Nous n’avons pas besoin de savoir dessiner pour réaliser ce bilan graphique. Sur une feuille blanche, il suffit de représenter par un cercle ou n’importe quelle autre forme de notre choix, chacune des sphères de notre vie telle que nous la vivons actuellement. La taille du dessin en valeur absolu n’a aucune importance. Ce qui compte, c’est la taille des sphères les unes par rapport aux autres et leur agencement dans l’espace par rapport à une forme qui nous représente nous-mêmes. Certaines sphères peuvent se chevaucher ou au contraire être très distantes les unes des autres.

Le nombre de sphères n’est pas défini. Nous pouvons ajouter des sphères de notre cru aux sphères de vie citées ci-dessous, ou subdiviser une sphère en deux formes distinctes, comme le fait Nathalie avec la sphère familiale dans la vidéo :

  • La sphère professionnelle représente notre travail, notre métier, notre carrière.
  • La sphère sociale représente nos amis, notre réseau de connaissances (y compris des collègues proches, avec qui nous avons des relations plus profondes que strictement professionnelles), les associations ou clubs auxquels nous appartenons, les activités de loisir collectives.
  • La sphères familiale représente la famille proche : conjoint, enfants, parents, fratrie, et peut-être les cousins qui ne nous ont jamais quittés et avec lesquels nous continuons de partir en vacances.
  • La sphère personnelle contient les activités qui nous ressourcent et/ou nous permettent de nous accomplir, notre jardin secret : passions, santé, sport, soins corporels, détente psychique.

Lorsque nous avons positionné toutes nos sphères sur notre feuille de papier, nous sommes en mesure de répondre à cette question : comment nous sentons-nous avec cette répartition et cette disposition ? Notre dessin nous convient-il ? Si nous ne sommes pas entièrement satisfaits, nous pouvons prendre une deuxième feuille de papier et passer à l’étape suivante.

2. Le dessin de la situation désirée

Pour réussir ce deuxième dessin, munissons-nous d’une baguette magique et laissons parler notre intuition. Si nous n’avions aucune contrainte – ni même celle de gagner notre vie – comment représenterions-nous nos sphères de vie idéales ? Quelles sont les aspects de notre vie auxquels nous souhaitons accorder une place plus importante ? Quelles sont les sphères avec lesquelles nous désirons prendre un peu de distance ? Y a-t-il des sphères que nous souhaiterions rapprocher l’une de l’autre, ou au contraire séparer plus nettement ?

Prenons le temps de considérer notre deuxième dessin et de vérifier ce qu’il nous dit sur le plan émotionnel. Que ressentons-nous ? Un soulagement, une libération ? De la joie ? Une vibration, une excitation ? Si l’émotion est positive, c’est que nous sommes sur la bonne voie. La voie de notre équilibre de vie.

Une fois ce deuxième dessin validé par nos émotions, comparons-le au premier. C’est le moment de retrouver notre esprit rationnel et le langage des mots. Nous pouvons inscrire, à l’intérieur ou à côté de chaque sphère dont la taille ou la place a bougé, les activités auxquelles correspondent ces changements. Par exemple : « faire plus de sport », « me mettre au dessin », « passer plus de temps avec mes enfants », « travailler moins et en particulier diminuer tel type de tâches ». La direction est claire, il nous reste à tracer le début du chemin.

3. Les premières pistes d’action

Nous avons lâché prise sur nos contraintes lorsque nous avons réalisé notre deuxième dessin, mais ce n’est pas pour autant que nous devons tout révolutionner et mettre en danger notre équilibre actuel. Le changement peut s’opérer en douceur, au moins au départ.

Dans cette dernière étape, nous allons simplement indiquer sous notre deuxième dessin quelques actions concrètes et précises que nous pouvons mettre en œuvre à très court terme. Ce peut être par exemple : « m’inscrire à un cours de sport ou de dessin », « aller chercher mes enfants à l’école deux fois par semaine », « prendre rendez-vous avec mon manager pour revoir mes missions, et en particulier voir comment déléguer tel type de tâches que je n’aime plus ».

Ensuite, nous pouvons faire deux choses. La première, c’est mettre en œuvre la première action que nous avons décidée (prendre l’abonnement pour un an de sport ou de dessin, trouver un arrangement avec mon équipe pour aller chercher mes enfants à l’école, envoyer l’invitation pour un rendez-vous à mon manager). La deuxième, c’est afficher notre deuxième dessin dans un endroit où nous pourrons le voir. En regardant dans la direction de notre équilibre, nous prendrons au quotidien des décisions qui nous mèneront à notre but. En douceur.

Pour plus d’astuces, retrouvez la boîte à outils de la gestion du temps

Belorgey v5.indd

 

 

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Virginie Il y a 4 années

Merci Pascale pour ce message de rentrée et et d’actualité.
Virginie

Répondre
Avatar

Emmanuel PORTANERY Il y a 4 années

Merci Pascale pour ce post ! Cette technique issue des travaux de Roberts Dilts en P.N.L donne il est vrai de belles réponses intuitives et créatives qui complètent celles de l’analyse rationnelle, utiles, mais souvent incomplètes. Les résultats sont parfois étonnants !

Répondre
Avatar

Diane Masonie Il y a 4 années

Merci Pascale pour ce billet, c’est bien d’actualité, c’est un outil que je trouve puissant et ça fait du bien cette fois de de le pratiquer pour soi ! Diane

Répondre
Pascale Bélorgey

Pascale Bélorgey Il y a 3 années

Merci @tous pour vos messages encourageants 🙂
@Emmanuel : merci aussi pour la référence aux sources 🙂

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.