Réaliser nos rêves : le modèle de Psyché en 8 épisodes

Par le 6 janvier 2015

Les mythes de l’Antiquité sont riches d’enseignement, en plus de conter des histoires merveilleuses. Celui de Psyché – allégorie de l’âme – raconté par Apulée dans ses Métamorphoses, offre une résonance particulière qui peut toucher chacun de nous lorsqu’il s’agit de réaliser nos rêves – ceux qui sommeillent parfois depuis longtemps au plus profond de nous. Et si nous décidions enfin de leur consacrer du temps ? La route est parfois longue et semée d’embûches, mais la récompense vaut le voyage.Le modèle Psyché

Antonio CANOVA (1757 – 1822), Marbre.
© 2010 Musée du Louvre / Raphaël Chipault.

Episode 1 : l’appel du destin

Il était une fois un roi et une reine qui avaient trois filles, toutes trois fort belles. Cependant, la beauté de la cadette était telle que les mots manquaient pour en parler dignement. Les foules venaient de loin pour l’admirer et la vénéraient comme une déesse, ce qui ne tarda pas à susciter le courroux de Vénus. Celle-ci demanda à son fils, l’Amour, de décocher à Psyché une de ses flèches afin qu’elle s’éprenne du plus vil des hommes. Mais, ému par la beauté de la jeune fille, l’Amour tomba lui-même amoureux d’elle.

Les parents de la jeune fille, quant à eux, soupçonnant quelque malédiction des dieux car personne ne la demandait en mariage alors que ses ainées avaient épousé des rois, consultèrent l’oracle. La réponse d’Apollon laissait présager à Psyché un destin funeste : elle devait monter sur un rocher pour devenir l’épouse d’un affreux dragon. Alors que la ville entière s’apitoyait sur le sort de la malheureuse, Psyché gravit d’un pas ferme la montagne de son destin.

Nos rêves les plus profonds sont comme le destin de Psyché. Ils ne rentrent pas forcément dans le moule de notre éducation ni d’un parcours classique selon les standards habituels de notre entourage professionnel ou personnel. A cet égard, ils peuvent paraître aussi effrayants qu’un dragon. Comme toute chose inconnue, ils font peur. Nos proches, nous souhaitant un avenir serein, se sentent légitimes à vouloir nous en détourner. Ils y parviennent d’autant mieux que nous ne savons pas précisément les décrire, au départ. Mais si nous prenons le temps d’écouter notre petite voix intérieure, nous savons, au fond de nous, ce que nous voulons accomplir dans la vie, même si nous l’avons enfoui pendant des années dans notre inconscient.

Episode 2 : le doute

Laissée seule au sommet du rocher, Psyché fut délicatement portée par Zéphyr dans une magnifique vallée où elle trouva un palais somptueux. Là, elle fut servie par des êtres invisibles dont elle entendait seulement les voix. L’Amour la rejoignit la nuit mais disparut avant l’aube. Psyché vécu ainsi heureuse pendant longtemps dans le secret de son palais, avec ce mari qu’elle n’était pas autorisée voir, jusqu’au jour où elle demanda à revoir ses sœurs. Le jeune dieu, à contrecœur, permit à Zéphyr de les amener dans la vallée. Mais les deux ainées, piquées de jalousies, insinuèrent les pires horreurs à propos du mari de Psyché. S’il se cachait à sa vue, c’est qu’il était un affreux serpent qu’il fallait tuer dans son sommeil.

La nuit venue, Psyché s’arma de courage, saisit un couteau et une lampe pour découvrir enfin son époux. La beauté de l’Amour l’émerveilla tant qu’elle resta interdite, la lampe au-dessus de lui. Une goutte d’huile brûlante tomba sur son épaule. Il s’éveilla et s’enfuit, furieux d’avoir été trahi.

Lorsque nous décidons de réaliser nos rêves, il y a un cap très dangereux à passer, qui peut leur être fatal. C’est le cap de la révélation, qui suscite toutes sortes de réactions de la part des personnes à qui nous en parlons : crainte de nous voir échouer, jalousie, vision du sujet différente de la nôtre, peur de nous perdre aussi, lorsque nous consacrerons la majeure partie de notre temps à notre nouveau projet, peu importe la raison. Les critiques concernant nos premières idées, nos premières démarches ou nos ébauches vont bon train et prennent toutes sortes de formes. A ce stade, notre assurance est vacillante. Nous risquons de nous décourager et renoncer à poursuivre la concrétisation de nos rêves. Pour tenir bon, deux antidotes : rester connectés à notre petite voix intérieure; et s’entourer des bonnes personnes, celles qui croient en nous, en nos projets, celles qui nous encouragent ou nous renvoient des feedbacks positifs.

Episode 3 : le travail de fourmi

Désireuse de reconquérir l’Amour, abandonnée des autres dieux qui refusaient de l’aider, Psyché finit par se livrer à Vénus. Celle-ci, plus courroucée que jamais par la désobéissance de son fils, était déterminée à humilier celle qui osait prétendre au titre de bru. Elle lui lança successivement quatre défis réputés impossibles à accomplir.

Le premier défi consistait à trier en une journée une montagne de grains que la déesse avait mélangés. Face à la difficulté de la tâche, Psyché baissa les bras. Une fourmi, que la cruauté de Vénus indignait, eut pitié de son sort. Elle fit appel à toute la troupe des fourmis pour l’aider. Lorsque la déesse revint à la tombée du jour, tous les grains étaient triés.

Par définition, la réalisation de nos rêves enfouis nous confronte à l’inconnu, à des compétences que nous n’avons pas encore acquises. Le travail à faire nous parait colossal, la montagne à gravir immense, nous ne voyons pas toujours clairement par où commencer. Nous manquons de temps pour nous adonner à notre projet au milieu de nos obligations habituelles. La procrastination nous guète. Et avec elle la frustration. Puis le risque un jour, de renoncer à ce qui nous fait vibrer. Ce jour-là, nous nous donnerons bonne conscience en nous disant « de toute façon, c’était impossible ». Pour éviter ce désastre – tout rêve avorté est un désastre – prenons exemple sur les fourmis. Avançons à petits pas, mais avançons. Peu importe par quel côté nous entamons la montagne. Concrètement, décidons de réaliser une action par jour (ou a minima une par semaine), si petite soit-elle, en faveur de nos rêves. Car ce qui compte, au début du processus, c’est de rester connectés à notre petite voix intérieure pour la renforcer et donner corps à notre projet.

Episode 4 : le moment opportun

Le deuxième défi que Vénus lança à Psyché était de lui rapporter un flocon de la laine précieuse des brebis à la toison d’or. Heureusement, un roseau conseilla la jeune femme. Les brebis ne devaient pas être approchées aux heures chaudes de la journée, car le soleil les rendait agressives. Mais dans la fraîcheur du soir, une fois les brebis calmées, elle n’aurait qu’à récolter les flocons restés accrochés aux branches des arbres. Psyché rapporta à la déesse une bonne brassée de flocons d’or.

Ce défi symbolise les dangers de la précipitation. L’idée est de rester alertes aux opportunités – d’où l’importance de rester connectés à nos rêves en permanence – sans chercher à passer en force. Ainsi, alors que nos rêves sont encore fragiles, nous éviterons les échecs et les coups rudes qui nous feraient renoncer. Ils valent la peine que nous prenions le temps de les mûrir en attendant le moment opportun de les exposer. Le plus beau, c’est qu’en les laissant nous habiter de plus en plus, nous verrons également de plus en plus d’opportunités de les faire grandir.

Episode 5 : la prise de recul

Le troisième défi auquel fut soumise Psyché fut de remplir une bouteille d’eau puisée à la source du Styx, au sommet d’une montagne escarpée. Les eaux ténébreuses du fleuve jaillissaient d’un roc abrupt gardé par des dragons. Tétanisée par le danger, Psyché ne bougeait plus. L’aigle de Jupiter vint lui porter secours. S’emparant du flacon, il esquiva les dragons et s’approcha de la source. Lorsque les eaux en colère lui ordonnèrent de se retirer avant qu’il ne lui arrive malheur, il répondit qu’il venait de la part de Vénus en personne et il obtint un accès plus facile. Psyché reçut avec joie le flacon rempli et le rapporta à Vénus.

Nos rêves se sont fortifiés, notre projet a grandi. Mais les dangers ne sont pas écartés. Plus nous avançons et plus nous découvrons la complexité de certains aspects qui nous avaient jusqu’alors échappés. Ces obstacles risquent d’entamer notre détermination. A ce stade, une prise de recul peut s’avérer nécessaire pour choisir la meilleure approche. Il est temps, si nous en ressentons le besoin, de faire appel à des experts plus expérimentés que nous ou de solliciter les personnes de notre réseau qui peuvent nous ouvrir des portes.

Episode 6 : la persévérance

Vénus, toujours en colère, lança à Psyché un quatrième et terrible défi. Elle lui donna une boîte et lui ordonna de descendre aux Enfers pour demander à Proserpine un fragment de sa beauté. Psyché, comprenant que la déesse l’envoyait à une mort certaine, se dirigea vers une  haute tour d’où elle entendait se précipiter. N’était-ce pas le plus sûr moyen de parvenir aux Enfers ? Mais la tour se mit à lui prodiguer des conseils. Elle lui indiqua l’emplacement d’un des soupiraux de la demeure de Pluton, près de la cité de Lacédémone. Elle lui recommanda de se munir de deux gâteaux de farine au miel et de cacher deux pièces de monnaie dans sa bouche. Elle l’avertit de ne pas se laisser distraire par le conducteur d’un âne boiteux qui ne manquerait pas de lui demander service, ni par un macchabée qui la supplierait de monter dans sa barque au passage du fleuve des morts, non plus que par des vieilles femmes tissant une toile lui demandant de les aider dans leur ouvrage. Tous ces pièges lui seraient tendus pas Vénus, dans le but de lui faire lâcher un des gâteaux de miel. Or elle en aurait besoin pour amadouer Cerbère, l’énorme chien à trois têtes qui gardait l’entrée de la demeure de Pluton et Proserpine. Enfin elle lui donna un dernier conseil : ne pas ouvrir la boite pour regarder le trésor de beauté divine qui s’y trouverait caché.

Psyché suivit à la lettre les instructions de la tour, ne se laissa pas détourner de son chemin, paya son passage à Charon et endormit la rage du chien avec l’un des gâteaux. Elle rencontra Proserpine qui accéda de bonne grâce à la demande de Vénus, puis repartit en sens inverse, jeta son dernier gâteau au chien, remit sa dernière pièce à Charon et remonta indemne à la surface de la terre, serrant contre elle la boite au précieux contenu.

Que d’obstacles ! La réalisation de nos rêves, dans leur phase de concrétisation, est un combat de tous les jours. De multiples sollicitations viennent nous détourner de notre dessein. Résister à la tentation de dire oui, réussir à dire non peut parfois relever de l’exploit. Pour garder le meilleur de notre temps à notre projet, le mieux est de nous préparer à résister. Et faire des choix – parfois cruels ! Prévenir notre entourage et mettre des limites. Prendre des rendez-vous avec nous-mêmes et nos rêves dans notre agenda. Dans cette phase, c’est la persévérance qui est la clé de notre succès.

Episode 7 : le repos…sans relâchement !

Lorsqu’elle eût retrouvé avec joie la lumière du jour, Psyché fut prise d’une curiosité bien irréfléchie. Espérant recueillir un peu de la beauté de la déesse des Enfers pour plaire à l’Amour, elle ouvrit la boîte. Aussitôt s’en échappèrent des vapeurs du Styx. Succombant à ce dernier piège, la jeune femme sombra dans un sommeil de mort.

Au même moment, l’Amour, complètement guéri de sa blessure, les ailes fortifiées par un repos forcé, parvint à s’échapper par la fenêtre de la pièce dans laquelle sa mère le tenait enfermé. Ne supportant plus l’absence de Psyché, il vola à sa recherche. La trouvant inanimée, il la débarrassa de ce sommeil funeste qu’il remit dans la boîte et la réveilla en l’effleurant d’un baiser.

Après les épreuves et les efforts pour maintenir nos rêves en vie quoi qu’il arrive, viennent les premiers succès. Il est normal de goûter cette joie et de prendre un repos bien mérité. Il est sain, même, de nous ressourcer pour la suite. Mais attention à ne pas relâcher totalement la tension qui nous connecte à notre petite voix intérieure. Il est si facile d’enterrer notre rêve en nous disant que ce n’était qu’un rêve, justement, et de repartir dans le confort des habitudes de notre ancienne vie ! Notre première réalisation est au contraire le début d’une merveilleuse histoire.

Episode 8 : la récompense

Psyché rapporta le cadeau de Proserpine à Vénus, tandis que l’Amour allait plaider leur cause auprès de Jupiter. Les noces furent proclamées devant l’assemblée des dieux réunis sur l’Olympe et Psyché fut invitée à boire l’ambroisie qui rend immortel. De son union avec l’Amour naquit une fille qu’ils prénommèrent Volupté.

Que la réalisation de nos rêves nous amène à changer d’orientation professionnelle ou qu’elle fasse son nid dans notre vie personnelle, au bout du compte, nous sommes plus épanouis. Nos actions sont source de joie et nous vivons en harmonie avec nous-mêmes. N’est-ce pas la plus belle des récompenses, le but même de la vie ?

 

Pour plus d’astuces, retrouvez la boîte à outils de la gestion du temps

Belorgey v5.indd

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pia Martin

Pia Martin Il y a 4 années

Merci pour ce magnifique billet! Cela peut faire partie des bonnes résolutions de cette nouvelle année : osons réaliser nos rêves!…..

Répondre

Philippe Marsal Il y a 4 années

Dans cette continuité, me vient cette citation d’Oscar Wilde : « Il faut avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue quand on les poursuit ».

Répondre
Jacques

Jacques Il y a 4 années

Une très belle histoire avec de très beaux commentaires. Merci pour ce moment qui mêle grâce, beauté, légèreté et profondeur. Je pense aux petits garçons qui veulent devenir cosmonautes, qui s’aperçoivent vite qu’il faut beaucoup travailler et qui se disent, une fois ados, que c’est « trop nul ». Heureusement qu’il existe des cosmonautes ! Heureusement pour eux… et pour l’humanité.

Répondre

Anne Françoise Il y a 4 années

Merci Pascale pour ce beau billet qui illumine cette journée.
Anne Françoise

Répondre

Emmanuel PORTANERY Il y a 4 années

Merci pour ce Beau texte qui est à la fois un rêve ET une vision très concrète d’un processus efficace ! Si nous cherchons bien, de nombreux modèles stratégiques et humains existent, à nous de les Découvrir…….

Répondre

vincent depreux Il y a 4 années

Le sens de la métaphore ! Un beau message. Merci.

Répondre
    Pascale Bélorgey

    Pascale Bélorgey Il y a 4 années

    Merci à tous pour vos messages enthousiastes ! La très belle citation rapportée ici par @Philippe et les nombreux modèles stratégiques à découvrir mentionnés par @Emmanuel montrent bien que c’est un sujet universel qui touche l’être humain depuis la nuit des temps. Vos réactions @chacun-et-chacune me confirment également la sagesse des anciens : les métaphores et belles histoires sont une ressource puissante pour nous connecter à ce qui nous fait vibrer intérieurement. Je vous en promets d’autres !! :-))

Louise Il y a 3 années

Bonsoir, en lisant ce billet., j’ai eu le sentiment que tout pouvait devenir possible dans les meilleurs des mondes… quand on croyait en SOI, c’est ce qui me manque.

Répondre

nathalie dedebant Il y a 2 années

woah Pascale, quel beau billet !!! merci beaucoup ! bravo, bravo et encore bravo !!!!

Répondre

Nadja faré Il y a 2 années

Vraiment ce billet est plain de conseil que je n’esiterer a mettre en application.Merci

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.