Apprenez à apprivoiser votre image avec la vidéo

Par le 24 juillet 2013

« Je ne veux pas être filmé ! » Peu d’entre nous acceptent de gaieté de cœur de se laisser filmer. Même les comédiens  craignent  la caméra… « Je ne voulais pas voir les rushes tant que je n’avais pas fini de tourner. – Je savais que si je me voyais, j’allais me détester,  j’allais commencer à pinailler sur des bêtises, à dire « Mon nez ne va pas », « Ce n’est pas le bon profil ». – Me voir moi ? C’était assez horrible, j’ai honte de le dire mais c’est comme çà », avoue Marina HANDS, comédienne dans le film Lady CHATTERLEY*.

Nous verrons ici les raisons de ces frayeurs devant la caméra et aborderons les solutions pour apprivoiser son image.

Pourquoi craignions-nous le reflet de la caméra alors même que nous sommes habitués à celui du miroir ?

Il y a plusieurs raisons à cette crainte face caméra :video_camera

  • Tout d’abord en vidéo, la latéralité est inversée, ce qui fait que nous découvrons un visage étrange et inconnu (« C’est moi !… Et ce n’est pas moi… »).
  • A la différence du miroir, cette image a pris son autonomie,  elle bouge toute seule !
  • Elle est fixée, incontournable témoin sans retouche possible !
  • Souvent, c’est notre voix- que nous n’avons jamais entendue que « de l’intérieur de nous-mêmes »- qui nous parait étrange.
  • Et puis notre narcissisme vit  une  épreuve : oui, nous sommes moins beaux, moins jeunes, moins symétriques, moins minces que nous le rêvons…

A ce stade, il existe deux solutions : décider de ne plus jamais se laisser filmer… ou apprivoiser son image.

Comment apprivoiser son image ?

Deux conditions doivent être réunies pour apprivoiser au mieux son image : la confiance et le groupe.

1- Se faire filmer dans un contexte de confiance

Ne pas regarder seul ; s’entourer de vrais camarades qui peuvent remettre à leurs vraies places nos terribles critiques. « Non, « ça » ne se voit pas tant que ça… », « Ah ? On n’avait même pas remarqué… ». Narcisse pourra ainsi reposer plus en paix.

Dans un groupe en formation : voir le processus à l’œuvre chez les autres. On remarquera alors que tout le monde trouve tout le monde très bien, sauf quand il s’agit de soi-même !

2- Se voir à l’occasion d’une prestation ou d’un exercice précis, auquel tous s’exercent

Il est alors possible de voir non plus notre simple image mais la performance et les compétences à l’œuvre… là encore, le groupe peut nous aider à relativiser nos points faibles, à voir et entendre nos points forts, et l’animateur à utiliser des outils techniques qui vont, petit à petit, améliorer les prestations.

Nous pouvons alors apprivoiser cette étrange image et voir cet « autre nous » réussir progressivement une prise de parole, un entretien, une négociation…

Notre image a pris de la réalité ; nous pouvons nous pardonner nos imperfections, voir nos progrès, et prendre du plaisir à nous voir, les yeux ouverts.

 

* –  Interview paru dans Télérama 11 avril 2007                                            

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.