Capacité de réussir : faut-il avoir trop ou trop peu de confiance ?

Par le 7 décembre 2012

Thomas Chamorro-Premuzic, enseignant à l’University College London, a fait une analyse forte intéressante au sujet de la confiance dans la capacité de réussir relayée dans la Harvard Business Review.

« Avoir peu confiance en soi pousse à rééquilibrer ses objectifs de façon plus réaliste et motive à travailler dur pour les atteindre »,

« Les personnes hyper performantes ont souvent peu confiance en elles mais elles redoublent d’efforts ».

Commentons cette idée!

Au premier abord l’idée semble quelque peu provocante.

Ces personnes ont-elles vraiment un manque de confiance ? Je pense plutôt que cela représente le niveau de confiance idoine, celui qui permet à l’individu de douter, de se questionner, de prendre des risques et de se mettre en mouvement.  La confiance ne représente pas un état statique. La confiance est un ressenti dynamique.

Pour l’illustrer par une image, prenons l’exemple de la marche à pied. On peut dire que les piétons sont plus souvent en déséquilibre que les gens assis qui eux semblent plus stables. Il en va de même avec la perception que l’on a de soi, elle est en mouvement.

Le sentiment de confiance en soi provient de l’estime de soi qui elle-même est un sentiment personnel basé sur l’écart perçu entre la personne que je souhaite être et celle que je suis. Il s’agit d’une perception personnelle. Dès lors qu’il y a écart il y a doute sur soi, certes, mais la confiance provient du sentiment d’être capable ou pas de gérer ce doute et de combler cet écart. C’est la raison pour laquelle les personnes mettent en œuvre les démarches nécessaires pour satisfaire leurs objectifs.

Lire aussi : Un salarié complexé travaille mieux
Pour en savoir plus : (en anglais) Less-confident people are more successful

 

Autre dossier sur le même thème

Laisser un commentaire

Avatar

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Avatar

Ilyasse Il y a 8 années

J’apprécie pariculièrment cette notion d’écart dans la confiance en soi! Ecart entre la personne que l’on voudrait être et la personne que l’on est en réalité et la façon de combler cet écart qui fait toute la difference!Je crois aussi que contrairement à ce pense bien de personne la confiance en soi se cultive c’est à dire s’acquiert par la pratique! Je l’ai d’ailleurs, je crois dévéloppé sur mon blog!

Répondre
Avatar

Sobek Il y a 6 années

Je suis entierement d’accord avec les 2 citations introduction du sujet. En effet, une personne peu confiante en elle aura beau posséder toutes les qualités convoitées par la société, elle se remettra toujours en question, sera toujours insatisfaite de ses qualités jusqu’à parfois les nier pour se focaliser uniquement sur ses défauts et ainsi les corriger.
À l’inverse, une personne très confiante en elle aura beau être stupide, faineante, immature, elle ne va aucunement s’inquieter, et ne vas ni chercher à savoir si elle est en retard par rapport aux autres, ni si ces derniers l’ apprécient. Enfin, elle n’aura pas l’intelligence se dire: « mais attends une minute! il n’y pas quelques chose qui cloche là? La plupart des gens de mon entourage me battent à la course à pied, savent ds choses que j’ignore complètement, sont plus belles et soignées que moi. Il serait peut-être temps que je me bouge! ».
Une personne peu confiante qui jalouse les autres et essaie de les devancer sera beaucoup plus productive que quelqu’un dont le credo serait: « je m’en fous »

Répondre
Avatar

Magnin Il y a 6 années

Ah ! enfin un post qui me laisse espérer réussir…

Répondre
Avatar

DERKAOUI Il y a 5 années

La confiance en soi doit être nourrie par un travail sur soi,sur sa personnalité;parfois,on a même besoin d’un soutien psychologique,d’être constamment rassuré par ses proches(famille,amis,etc);prétendre que la confiance en soi est un état stable est un leurre;par conséquent,il parait nécessaire de s’occuper périodiquement de sa maintenance afin d’éviter certaines influences exogènes à même de remettre en cause sa relative stabilité.

Répondre

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.