La posture ++ : une clé pour nous accorder ensemble !

    Par le 6 septembre 2017

    Issue de l’Analyse Transactionnelle, la posture ++ nous invite à porter un regard bienveillant sur les autres et sur nous-mêmes afin d’entretenir des relations harmonieuses et fécondes. Plus facile à dire qu’à mettre en œuvre en cas de difficulté ou de tension ! Notre premier défi est donc de revenir en posture ++ lorsque le stress nous fait basculer dans des comportements inefficaces. Notre plus grand défi est d’incarner la posture ++ en permanence.

    1. Faire un diagnostic à l’aide des positions de de vie

    Eric Berne, le fondateur de l’Analyse Transactionnelle, a défini 4 positions de vie autour de deux axes :

    • Ce que je pense de moi-même à un instant T
    • Ce que je pense de l’autre au même instant T

    Naturellement, ce que je pense de moi et de l’autre peut fluctuer d’un instant à l’autre et je peux en un clin d’œil passer d’un cadran à l’autre de la matrice des positions de vie.

    Lorsque les problèmes surgissent, nous risquons spontanément de basculer dans des postures de domination (+-) ou de soumission (-+) avant, peut-être, de nous décourager et démissionner (- -). Voici quelques exemples de pensées qui peuvent survenir alors :

    • En posture (+ -) : « je suis plus compétent que lui »; « il n’a rien compris » ; « non mais tu as vu comment il me parle ? »; « il n’a aucun respect des valeurs ni du travail bien fait »; « je suis le plus fort »; « il va voir ce qu’il va voir » ; « ma demande est plus urgente »; « mon problème est plus important ».
    • En posture (- +) : « je n’ose pas le contredire », « tant pis, je vais m’arranger »; « je n’y arrive pas »; « il doit avoir raison »; « je ne vais pas l’embêter avec mes problèmes » ; « il a certainement autre chose de mieux à faire »; « je ne vais pas le déranger ».
    • En posture (- -) : « il est buté, je n’arriverai jamais à le convaincre ». « ça ne sert à rien, c’est peine perdue ».

    2. Revenir en posture ++

    Plus nous réagissons tôt, moins nous aurons d’efforts à fournir pour rétablir la situation avant qu’elle ne dégénère. Si nous pouvons anticiper – par exemple avant un entretien – afin de nous préparer mentalement, c’est encore mieux. Car la façon dont nous communiquons dépend de nos pensées. Nos yeux, notre visage parlent pour nous. Nos pensées influencent inconsciemment le choix de nos mots. La communication en posture (++), est forcément sincère. Pour cela, nous devons d’abord nous convaincre nous-mêmes de notre propre légitimité et de celle de notre interlocuteur.

    Passer de (- +) à (++) : cap au nord !

    Voici une série d’arguments que nous pouvons lister pour reprendre confiance en nous-mêmes :

    • Ma demande est légitime parce que…
    • Mon besoin est important parce que…
    • Mes contraintes sont…
    • Voici ce que je ressens face à la situation, et ce qui provoque ce ressenti, c’est…

    Passer de (+ -) à (++) : cap à l’est !

    Il s’agit ici de voir la situation du point de vue de notre interlocuteur, de nous mettre à sa place.

    • Quels sont ses besoins, ses priorités, ses préoccupations, ses contraintes ?
    • Quelles émotions peut-il ressentir face à la situation ? Quelles sont les causes éventuelles de stress  pour lui ?
    • Je dissocie le fond de la forme : si je fais abstraction de la forme (dans le cas où il s’est montré agressif), sa remarque est-elle légitime, au moins partiellement ?

    3. Cultiver la posture ++ au quotidien : l’avocat de l’ange

    Une bonne manière de cultiver notre posture ++ est d’endosser le rôle l’avocat de l’ange au quotidien. Ainsi, lorsque les difficultés se présenteront, nous aurons acquis le réflexe de voir ce qu’il y a de bon dans ce que dit notre interlocuteur – et aussi dans nos expériences personnelles.

    L’avocat de l’ange voit des pépites partout. cela ne veut pas dire qu’il prend tout sans discernement. Mais il relève ce qu’il y a de bon à prendre dans une remarque, ce qu’il y a de positif dans une situation.

    • En rebond d’une idée émise : « Ce qui est génial dans ton idée, c’est que… » ; « Ce que tu dis est intéressant, parce que… »
    • Face à une remarque négative : « Tu soulèves un point de vigilance important… »; « Ce que j’aime avec toi c’est que tu sais toujours nous alerter sur les points qui risquent de ne pas passer »
    • Face à une critique sévère : « Merci de ta franchise. Cela nous permet de prendre conscience de… »
    • Suite à un échec personnel : « Ce qui est positif dans la situation, c’est que j’ai appris à… » « au moins, suite à cette expérience, j’ai pris conscience que… »

    Une dernière pour terminer : ce qui est génial lorsque nous adoptons la posture ++, c’est que nous invitons implicitement les autres à l’adopter aussi, et que ça rend la vie plus agréable !

     

    Plus d’astuces dans la boîte à outils de l’efficacité professionnelle :

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *