Résultats du jeu-concours : la fourmi et l’éléphant

    Par le 25 avril 2017

    Nous avions proposé il y a 3 semaines un jeu-concours associé au billet « Prise de décision : gare aux biais cognitifs ! ». Il s’agissait de donner une interprétation personnelle de l’image de la fourmi et de l’éléphant. En voici les résultats : les pépites sélectionnées parmi vos réponses. Afin de rendre à César ce qui appartient à César, nous indiquerons les auteurs (sans leurs extensions de mail). Ces 5 personnes recevront chacune un  exemplaire de la Boite à outils de l’efficacité professionnelle dédicacée par l’auteure.

    Prise de décision : gare aux biais cognitifs !

    Les réponses qui incarnent la lutte contre les biais cognitifs

    Elles interprètent intelligemment la situation, émettent des hypothèses, les rejettent au profit d’autres tout aussi plausibles. Elles démontrent à quel point la recherche d’informations factuelles est clé pour lutter contre nos biais !

    • « Dans un premier temps, on pourrait se dire que la densité de la fourmi est plus importante que celle de l’éléphant. Car si on prend en compte les proportions, cette fourmi est forcément un organisme modifié. Ou alors peut-être s’agit t-il d’un éléphant nain.  Mais vues leurs textures ce ne sont pas de vrais animaux et on a donc une fourmi de plomb et un éléphant de plastique. Sauf qu’en vérité la question sous-jacente n’est pas de savoir qui est le plus lourd mais de quelle nature est donc le support sur lequel ils reposent. Celui-ci ne présentent pas de point de pivot. Il ne peut donc osciller et rendre compte du poids relatif des deux éléments. » (berges.g)
    • « La balance fait allusion au poids, dans ce cas l’image serait un paradoxe. En regardant avec un autre filtre,  celui de l’intelligence collective par exemple la fourmi est bien plus forte que l’éléphant. Tout dépend de l’échelle. On  peut aussi considérer que la fourmi et l’éléphant sont dans l’espace et ils jouent à tapecul. Comme dans l’espace tout objet a le même poids, un éléphant peut jouer avec une fourmi. Ce conte pourrait s’intituler la légèreté insoupçonnée de l’éléphant. » (Steph.mercier17)

    Les réponses pragmatiques

    Elles sont orientées « transposition » : que faire concrètement de cet exemple métaphorique ? Au-delà de l’illustration des biais cognitifs, elles donnent à l’individu des « permissions » et aux organisations une vision de la culture à adopter pour rester compétitives.

    • « Quel que soit votre « poids » dans l’entreprise, vos idées, vos arguments, vos capacités à prendre des décisions…peuvent « peser aussi lourd » que ceux de n’importe quelle personne hiérarchiquement mieux positionnée que vous. » (rebecca.rauscher)
    • « La force d’une entreprise ne se limite pas à sa taille et son ancienneté mais à sa capacité d’adapter son organisation vis-à-vis de son environnement ». (Olivier.plassais)

    La réponse poético-proverbiale

    Métaphorique, elle est à la fois poétique et empreinte d’une vraie sagesse.

    • « C’est à la légèreté des défenses de chacun que l’on mesure la vraie force ». (jcbrunet9261)

    A bientôt pour d’autres concours…d’autres exemplaires de la boîte à outils de l’efficacité professionnelle à gagner !

     

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    berges.g Il y a 3 mois

    Merci bien. Le livre semble plein de bonnes chose et de jolies dessins.
    Cela me sera certainement très utile.

    Répondre