Quel rapport entre leadership et développement personnel ?

Par le 12 décembre 2011

Beaucoup de participants aux formations leadership sont parfois surpris d’apprendre, ou de ré-apprendre, que le meilleur outil du leader c’est lui-même. Si cette évidence semble leur convenir, en revanche mettre en œuvre son leadership est loin d’être évident car cela implique de savoir répondre à cinq questions personnelles. Lesquelles ?

Allons à la découverte de ces cinq questions personnelles auxquelles l’exercice du leadership renvoie. A l’image du coureur cycliste -un sportif sur un vélo- le manager est un leader d’équipe. Le cycliste sait mettre en mouvement son vélo. Mais comment se met-il en mouvement lui-même ? Quant au leader, il entraine les autres avec lui dans un projet collectif par leur adhésion. Mais a-t-il envie d’exercer son autorité et comment? C’est une question de choix personnels.

1/ Ai-je envie d’être leader ?

Première question de fond pour celui qui veut s’affirmer en leader : la question de l’envie personnelle, du désir de mobiliser les autres avec soi. Cette interrogation renvoie à l’image de soi dans l’exercice de l’autorité. Comme le chanteur qui « se voyait déjà en haut de l’affiche », le leader se représente-t-il dans ce rôle, le ressent-il en lui ? Etre en phase avec la personne qu’il souhaite être et en retirer une certaine satisfaction, c’est l’estime de soi. La source de sa motivation vient de là.

Première réponse à apporter: savoir quelle personne j’ai envie d’être. Réponse qui fait éccho au « connais-toi toi-même ».

2/ Autorité ou charisme ?

Deuxième question: comment mobiliser les autres? Pour cela on évoque parfois la notion de charisme. Le charisme est, par définition, un don divin, une énergie spirituelle,  une puissance de vie qui ne s’invente pas mais qui s’accueille et qui aspire à se communiquer aux autres. Ainsi pour Max Weber, le leader charismatique est différent des hommes ordinaires. Il est doté de puissances ou de qualités spécifiquement exceptionnelles considérées comme exemplaires.

Je lui préfère, de beaucoup, la notion d’autorité qui correspond au pouvoir de commander et d’obtenir l’adhésion. Ce n’est pas du charisme mais la capacité d’exercer son rôle. En premier lieu, cette capacité provient de la place, du statut, qu’il choisit d’assumer : leader. En second lieu ce pouvoir dépend tant des compétences, pour la crédibilité, que du choix de la relation aux autres pour la confiance.

Deuxième réponse à trouver: mobiliser en s’affirmant sans crainte ni agressivité.

3/ Quels sont mes choix ?

Troisième question importante: le Choix. C’est la responsabilité vis-à-vis de soi-même. C’est aussi la responsabilité des conséquences de son comportement sur les autres. C’est chercher à comprendre comment on contribue à chaque situation en se concentrant sur les solutions plutôt que sur le blâme, la honte ou la culpabilité. C’est choisir délibérément ses buts et objectifs d’après ses valeurs les plus profondes. C’est agir honnêtement et chercher activement à construire des relations de confiance qui assurent la réussite mutuelle. Choisir de sincèrement comprendre les autres, leurs intérêts, préoccupations, motivations et intentions. C’est choisir d’être conscient de soi, de ses ressentis, pensées et émotions.

Troisième réponse : faire les choix qui comptent le plus pour soi.

4/ Etre soi-même ?

Quatrième question: peut-on rester soi-même? Le processus du développement du leadership relève du même processus que celui qui permet de devenir soi-même, une personne humaine responsable, déterminée, consciente d’elle-même, présente et ouverte aux autres. Finalement, être leader est un choix personnel fondé sur les bases de sa propre identité et de ses propres valeurs. En ce sens affirmer son leadership c’est d’abord s’affirmer soi-même. Ainsi développer son leadership est un enjeu de développement personnel. Le leader sait ce qu’il veut, pourquoi il le veut et comment il fera pour l’obtenir avec les autres.

quatrième réponse: il ne s’agit pas de se demander à quel leader je veux ressembler, mais quel leader je veux être. Etre soi-même, conscient de soi, de ses valeurs et du sens de son action.

5/ Comment réussir avec les autres ?

Cinquième question: et les autres? Revenons maintenant au début de ce billet et changeons de métaphore. Remplaçons le cycliste par un écuyer. Le leader ne chevauche plus un vélo, objet mécanique inerte, mais un cheval, être vivant. On conviendra que le charisme ou l’aura ne produiront pas la mise en avant de la monture. En revanche, la posture personnelle stable et sereine, la relation bienveillante ainsi que les demandes franches et claires produiront le mouvement par l’adhésion.

Cinquième réponse : chercher l’adhésion plutôt que la soumission.

J’en conviens, voilà bien cinq questions et cinq réponses très condensées. Nous y reviendrons plus en détails dans les billets suivants.

Sur quelle questions en particulier souhaitez-vous des apports?

Livre recommandé :

Leadership et Confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ouattara kassoum Il y a 8 mois (01h50)

Leader est celui là qui a une capacité d'ecoute.qui pose des actes conscients, concrets, qui saisit toutes les occassions de dialogue,et se met au service d'autrui

Répondre

NDUWIMANA Ferdinand Il y a 3 mois (10h18)

je voudrais connaître les compétences nécessaire pour acquérir le leadership

Répondre